EARS 2

Discover the exciting world of electroacoustic music and learn to make music with sounds.

Microsons

De petites particules sonores, des morceaux de son qui tombent entre les silences, mais qui, mis bout à bout, forment de larges objets sonores.

Des microsons aux macrosons

Lorsque l’on combine des microsons, on crée des macrosons, des structures sonores larges. Ces macrosons peuvent à leur tour être recombinés dans des structures encore plus grandes.

En construisant des macrosons de cette manière, à partir de grains sonores individuels, le compositeur peut contrôler le résultat final de manière très fine. Cette manière de faire utilise largement les possibilités fournies par l’électronique et l’informatique.

Composition pratique

Les techniques les plus utiles pour cette approche sont :


Grains sonores

Imaginez des grains de sable sur une plage. Chacun d’entre eux est très petit, mais ensemble, ils forment des châteaux de sable et même des dunes.

Les grains sonores fonctionnent de la même manière. Ce sont de petites particules de son qui, une fois combinés, peuvent créer des formes et des structures fantastiques.

Il nous est souvent difficile de distinguer les grains individuellement, en raison de leur très petite taille.


Masses sonores

Il existe deux types de masse sonore :

  • Blocs – formés par des paquets très proches de différentes hauteurs de son.
  • Nuages – des masses de grains individuels, qui évoluent et se diffusent ensemble.

Dans les deux cas, le compositeur génère des transformations subtiles en modifiant continuellement l’équilibre entre les sons.

Blocs

black_box-01

A l’intérieur de blocs de sons, le compositeur va légèrement ajouter ou enlever des hauteurs de la masse sonore.

Écouter

Des exemples de cette technique se trouve chez Györgi Ligeti : Atmosphères ou Volumina.

Nuages

cloudsound-01

Les nuages sonores sont structurés différemment. Ils ressemblent à des masses fluides, dans lesquelles les grains sonores s’assemblent pour former des nuées, évoluant librement le long d’une direction fixée.

Écouter

Des exemples de cette technique se trouvent chez Xenakis (Concret PH ) ou chez Bernard Parmegiani (De Natura Sonorum ).

Dans ces œuvres, il peut y avoir des nuages sonores qui se combinent ou se séparent.

En raison des propriétés particulières de ces nuages, il est possible de les combiner facilement en utilisant un simple fondu enchaîné.


Au-delà des limites de notre perception

Lorsque deux sons sont plus courts qu’un dizième de seconde (10ms), il nous est impossible de les distinguer.

Ces petits morceaux de son sont au-delà des limites de notre perception. On ne les entend ni commencer, ni finir.

Pour aller plus loin

La notion de seuil est utilisée pour décrire la limite de notre perception. Si la durée de sons dans un groupe est inférieure à notre seuil temporel, on ne les entendra pas individuellement.

C’est la même chose pour les sons qui sont très proches en terme de hauteur. Au delà du seuil de discrimination fréquentiel, il ne nous sera pas possible d’entendre des hauteurs individuelles.

Cette particularité nous permet de mélanger des sons ensemble pour construire des masses sonores.


Bibliographie

Roads, C. (2004) Microsound. MIT Press